La médiation scientifique

Sensibilisation, vulgarisation, communication, diffusion, information, transmission : et si on parlait de médiation ?


Notre mission

La mission du Confluent des Savoirs est de créer un lien entre le monde de la recherche et le grand public, de compléter la gamme classique des outils d’information scientifiques et techniques, de traduire des contenus, de modifier des représentations afin d’apporter une juste compréhension des savoirs et une accessibilité accrue. Nous souhaitons être un lieu d’échanges, d’animation, d’information et nous ouvrir, par notre discours et nos actions, à la dimension culturelle des sciences.

Quel est l’intérêt cette mission ?

Les chercheurs communiquent énormément entre eux, pour s’échanger leur derniers résultats, créer des collaborations ou simplement discuter du sujet de leur recherche. Mais ces contenus restent le plus souvent très opaques voire complètement impossibles à comprendre pour les non-initiés. Un intermédiaire entre le monde de la recherche et le grand public prend ainsi tout son sens.

Qui réalise cette mission ?

Cet intermédiaire, c’est le médiateur scientifique. Le médiateur scientifique joue un rôle de relais entre le producteur de connaissances et le public. Plus simplement, il favorise le dialogue entre scientifiques et grand public, dans un sens comme dans l’autre. Toute personne ayant un lien avec le monde scientifique peut parler de sciences. Cependant, il y a une différence entre parler de sciences et faire de la médiation scientifique. C’est là qu’intervient le médiateur : il va aider à adapter le discours au public visé, à développer l’action la plus pertinente possible, à optimiser le message à faire passer et à rendre les résultats scientifiques compréhensibles sans pour autant les dénaturer. Il dé-finit le contexte.

Quel contexte ?

Il existe une infinité de contextes différents. Des évènements de l’ampleur du Printemps des Sciences permettent de toucher un public large, allant des scolaires aux curieux, de 2 à 99 ans. Au contraire, des évènements plus confidentiels vont permettre de toucher un public ciblé, qui est plus intéressé par une problématique spécifique. La première chose que doit faire le médiateur scientifique est de définir ce contexte. A partir de là, il peut réfléchir à la façon la plus efficace de faire passer le message souhaité.

La médiation scientifique : un dialogue nécessaire ?

Oui ! Il existe de nombreuses raisons, plus ou moins légitimes, pour pousser les scientifiques et le public à dialoguer davantage.

  • Pour le public : un des buts premiers de la médiation scientifique est de permettre l’accès du plus grand nombre à la connaissance et à la démarche scientifique. Cela permet également à l’enfant d’éveiller sa curiosité et comprendre le monde qui l’entoure, tout en développant son esprit critique. Pour le citoyen, c’est un moyen d’acquérir des connaissances objectives grâce auxquelles il pourra réfléchir sur les questions fondamentales de notre société et donner alors un avis éclairé sur ces questions.
  • Pour le chercheur : la médiation permet de valoriser son travail et de l’appréhender différemment. Pour pouvoir parler de sa recherche à un public ne possédant que peu ou pas de connaissances sur le sujet, il doit reformuler son discours, trouver des analogies... mais aussi répondre à des questions du public auxquelles il n’aurait pas pensé et qui peuvent apporter un éclairage nouveau à un problème.Plus généralement, la médiation scientifique est un vecteur de lien social : elle permet de mettre des gens en relation autour de sujets étonnants et amusants, en liant l’aspect pédagogique à l’aspect ludique. C’est une solution efficace pour lutter contre l’obscurantisme et les superstitions, ce qui, dans la société actuelle, devient une priorité !

 

Le lexique de la diffusion des connaissances :

Communicant vs. Médiateur : le communicant scientifique diffuse les savoirs vers toute la société. Le médiateur scientifique à un rôle plus précis : il est un relais entre producteur de contenu et grand public. Il utilise alors la vulgarisation afin de rendre l’information accessible au grand public.

Transmission vs. Diffusion : bien que ces termes soient souvent utilisés indistincte-ment, on peut pourtant y voir une différence : la transmission des connaissances se fait dans le temps, par exemple d’une génération à l’autre, tandis que la diffusion se fait dans l’espace, à destination de toute la société.

Information vs. Sensibilisation : informer les gens, c’est leur transmettre des données ou des connaissances. Les sensibiliser, c’est aller plus loin : c’est aussi leur faire découvrir et comprendre un problème.