Femmes en Sciences


Un constat

De nombreux rapports, partant du constat d’une inégalité renseignée par les chiffres, soulignent la sous-représentation des femmes et des filles dans les sciences, les technologies et les STEM (sciences, techniques, ingénierie et mathématiques) et cela malgré des évolutions récentes.

L’université n’est plus un monde d’hommes ! Les femmes y sont même très nombreuses : à l’UNamur, à la rentrée académique 2020, on recensait par exemple plus d’inscrites que d’inscrits. Mais la différence de proportion par secteur est saisissante : les femmes et filles universitaires représentent plus de 70% des inscrits dans les sciences de la santé ou dans les sciences humaines et sociales. Par contre, elles ne représentent plus que 35% des facultés et départements dits « durs » : chimie, physique, informatique.

Une journée internationale

La Journée internationale des femmes et des filles de science est une journée instituée par l’Assemblée générale des Nations Unies et se déroule chaque année, le 11 février, depuis 2015. Elle a pour but de promouvoir l’accès et la participation pleine et équitable des femmes et des filles aux sciences et technologies. Cet évènement est un rappel du rôle essentiel que les femmes jouent dans la communauté scientifique et est une opportunité pour encourager les filles et jeunes femmes à participer aux développements scientifiques.

Une politique de genre à l’UNamur

L'UNamur lutte contre les discriminations liées au Genre depuis 2011 par la mise sur pied du groupe Genre puis, en 2013, par la création d'un Vice-rectorat chargé de développer cette politique. L’UNamur a publié, en 2022, son plan d’action en matière de politique de genre (Gender Equality Plan) qui entend promouvoir l’égalité des genres en veillant à l’égalité des chances.

En savoir +