Ma thèse en 180 secondes

MT180, quèsaco ?

« Ma thèse en 180 secondes » est un concours qui s’adresse aux doctorants et jeunes docteurs. En trois minutes, il s’agit de présenter son sujet de thèse en des termes simples et en français, en bannissant le jargon scientifique afin de le rendre compréhensible  à un public non averti.

L’objectif est de valoriser la recherche auprès d’un large public et de se préparer à la soutenance de thèse ou à réaliser des conférences courtes.

Pour mener à bien cet exercice, une formation en plusieurs volets proposée par des professionnels est offertes aux futurs candidats.

Le concours MT180 se déroule en trois étapes :

  • Un concours régional, interne à l’UNamur ;
  • Un concours national (insérer ici un lien vers la page nationale MT180), qui rassemble les lauréats de toutes les universités de la Fédération Wallonnie-Bruxelles ;
  • Un concours international dont la destination change chaque année.

NB : Lorsque le candidat s’inscrit au concours, il s’engage à représenter l’UNamur jusqu’en finale internationale, le cas échéant. 


Objectifs

"Ma thèse en 180 secondes" est un concours francophone international ayant pour missions principales :

  • de mettre en lumière la relève scientifique dans toutes les disciplines;
  • d’encourager les jeunes chercheurs à vulgariser leurs travaux de recherche;
  • de les sensibiliser à l’importance du dialogue entre les sciences et la société;
  • de leur offrir un contact direct avec le public;
  • de leur permettre de réseauter avec des chercheurs d’autres disciplines et d’autres pays, tout en valorisant la langue française ;
  • de favoriser l’ouverture à d’autres publics, d’autres rencontres, d’autres cultures.

Historique

Créé par l'ACFAS en 2012, le concours "Ma thèse en 180 secondes" est inspiré du concours Three minute thesis (3MTMD) qui a eu lieu pour la première fois en 2008 à l’Université du Queensland, en Australie.

En 2014, l'ACFAS a mené une collaboration avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et la Conférence des Présidents d’université (CPU), en France, avec le Centre National pour la Recherche Scientifique et Technique au Maroc (CNRST) et avec l’Université de Liège en Belgique afin que ces institutions organisent le concours sur leur territoire et pour mettre en place une première finale internationale. Celle-ci s'est déroulée le 25 septembre 2014 à Montréal.

En 2015, l’Agence Universitaire de la Francophonie a rejoint le comité international; puis la Suisse en 2016, avec la Conférence universitaire de Suisse occidentale (CUSO).